fr
Les Points-Cœur dans le monde > Philippines

Point-Cœur Sainte-Claire

Présentation du pays

Témoignage
La souffrance a-t-elle un sourire ?

Lettres aux parrains

Ville : commune de Navotas au nord-ouest de Manille (1,7 million d’habitants)
Quartier : Dagat Dagatan, soit " pseudo-mer " car un bras de mer entoure le quartier
Fondé le : 3 novembre 1993

Dagat Dagatan, notre quartier

En 1975, le squatters de Tondo, en bord de mer au Nord de Manille, est affecté par les démolitions. Trois grands projets d’infrastructures vont être mis en œuvre. Ate Alicia, amie du Point-Cœur aujourd’hui, a alors 20 ans. Sa famille est concernée, tout comme 27 000 autres.

Le gouvernement de Marcos propose de reloger tout ce monde en province. Quoi de plus pratique que d’habiter à trois heures de Manille, quand on a une petite entreprise familiale, un emploi, bien souvent au port comme manutentionnaire, ou encore un petit gagne-pain à Divisoria, le grand marché du Nord de Manille? Comment pourraient-ils donc, ces milliers de pauvres, se passer d’un tel vivier de petits emplois ? Le 27 novembre 1974, ils réclament au gouvernement, avec le soutien de l’Église, le relogement dans les murs de la métropole, de préférence au Nord.

On propose alors d’exploiter cette zone de marais entre les deux fleuves, limitrophe des villes de Malabon, Navotas, Calaocan et Manila. Marcos promet et tient sa promesse. En 1986, cette même année où il est renversé par la révolution mariale pacifiste du peuple philippin, les 450 ha sont enfin assainis. Dagat Dagatan est rehaussé, empêchant les inondations des périodes de marée haute, et ainsi, le siège des moustiques. Entretemps, ate Alicia s’est mariée et s’est installée avec son mari en 1982, pas loin de notre looban. À la fin de l’année, l’électricité est mise en place. « Cette première nuit où les gens ont eu l’électricité, les enfants jubilaient au comble de l’excitation, dans les rues. Sous la lumière des ampoules, on a discuté toute la nuit », se souvient Alicia.

Au début du Point-Cœur, en 1993, il n’y avait toujours pas d’eau dans le quartier. Les hommes allaient remplir les bidons ou réservoirs en tout genre a 800 mètres de là. Depuis, le quartier s’est développé et les pompes, manuelles d’abord, sont par la suite devenues électriques.

Parallèlement, des améliorations ont eu lieu : les ruelles ont été « cimentées », le camion de poubelles vient une fois par semaine (ce qui n’empêche pas certains de continuer à nourrir la rivière d’ordures d’animaux crevés), les maisons s’embellissent.

Toutefois, construit sur l’eau, le sol descend au fur et à mesure, les remblais se tassent. De ce fait, la marée haute produit régulièrement des inondations que les averses de la saison des pluies amplifient en juin, juillet et août.

C’est sur cette terre que nous avons les pieds dans l’eau parfois, et les yeux tournés vers les étoiles.

Apostolats extérieurs

  • Visites aux enfants et familles dans deux bidonvilles proches du Point-Cœur : Tabing Ilog, le long de la rivière proche du Point-Cœur; Marcelo, proche du port de pêche à vingt-cinq minutes à pieds.
  • Visites aux enfants qui travaillent la nuit au port de pêche.
  • Visites aux enfants handicapés ou abandonnés chez les sœurs de Mère Teresa.
  • Visite d'un prisonnier français à la grande prison de Manille.

 


Revenir au début
•